Chaque film montre un passé précis : dans Mon voisin Totoro, Miyazaki met en scène ses souvenirs d'enfance, tandis que Princesse Mononoké s'inscrit dans l'histoire ancienne. Sen leur promet de revenir les sauver et s’enfuit en larmes. Il a déjà réalisé des œuvres telles que Mon voisin Totoro et Kiki la petite sorcière, principalement destinées aux enfants et adolescents, mais n'a jamais créé un film s'adressant spécifiquement aux préadolescentes. Pour une partie des bâtiments du monde des esprits, Miyazaki se base sur les édifices du musée d'architecture en plein air d'Edo-Tokyo à Koganei. Pour être plus précis, l’élément déclencheur de la genèse du film fut le sentiment qu’éprouvait Miyazaki face à la fille d’un ami avec qui il passait la plupart de ses étés à la montagne, âgée d’une dizaine d’années : une impuissance, une incapacité à émerveiller cette gamine qui jugeait tous les personnages d’enfants qu’elle voyait au cinéma – et notamment dans ses films à lui – trop fictifs, trop irréels, trop peu sujets à une identification qui facilite souvent l’immersion des spectateurs dans l’univers fantaisiste de l’œuvre. Tout comme Yubaba, les Yama-Uba sont aussi associées à la maternité, et l'une d'entre elles est la mère de Kintarō, un héros herculéen qui rappelle le gigantesque bébé dans le film de Miyazaki. La réalisation du personnage de Chihiro a été une des principales difficultés du film selon le réalisateur. Il prend tout ce que l’on a pu admirer dans l’art et l’assemble en un lieu unique. Dans la seconde moitié du film, Chihiro a définitivement gagné en maturité, car elle parvient à voyager de son propre chef jusque chez Zeniba, délivrer Haku en lui rendant sa véritable identité et, ultime épreuve, ressentir que ses parents ne se trouvent pas parmi le troupeau de cochons de Yubaba. Les parents découvrent dans un restaurant désert de nombreux mets succulents et ne tardent pas à se jeter dessus. Un plan nous la montre de profil, l’air calme et déterminée, regardant au loin le soleil se coucher sur un paysage à la beauté surnaturelle. Le Voyage de Chihiro est le premier film du réalisateur à mêler passé personnel et histoire. Lorsque Yubaba lui vole son nom, elle ne conserve que le premier caractère du prénom, Sen (千? Ces derniers font partie intégrante de l’intrigue et partageront le devant de la scène avec l’héroïne principale. Celle où Chihiro est recroquevillée à l’arrière de la voiture, au début, et celle, à la fin, où elle apparaît seule mais grandie. L’appréhension de la fillette qui doit aller demander du travail à Yubâba, la sorcière qui régente Arubaya, tranche avec l’apathie de la créature, et le calme de cette scène avec la fureur qui la précédait. Yubaba, bien qu'évoquant la reine d’Alice au pays des merveilles, rappelle également les Yama-Uba, sorcières des montagnes dotées de pouvoirs magiques dévorant les humains égarés. Sur la route, la petite famille se retrouve face à un immense bâtiment rouge au centre duquel s’ouvre un long tunnel. Miyazaki utilise d'ailleurs l'animation, et donc la technologie moderne, pour rappeler et faire perdurer les traditions[24]. En Occident, le travail de Hayao Miyazaki est régulièrement cité comme source d’inspiration de John Lasseter du studio Pixar, qui encense l’animation artisanale en 2D du Voyage de Chihiro[117]. La chanson est juste superbe. Sentant une odeur de nourriture, ils rejoignent une échoppe vide regorgeant de victuailles, et les parents de la fillette s’installent ; prévoyant de payer en partant, ils commencent à manger goulûment. La globalisation culturelle qui efface tant les particularismes locaux que le lien entre les lieux et l'histoire apparaît comme un grand danger[84]. Osmond estime aussi qu'à l'exception de Mari Natsuki, les voix du Voyage de Chihiro ne sont pas réellement « mémorables »[69]. Après la transformation de ses parents en porcs par la sorcière Yubaba, Chihiro prend un emploi dans l'établissement de bains de Yubaba pour retrouver ses parents et le monde humain. Le Sans-Visage, justement, apparaît comme une transgression étrangère au monde des esprits. Les va-et-vient symboliques entre les deux mondes apparaissent multiples et changeants, si bien qu'il n'est pas possible d'en discerner les frontières, ni d'ailleurs de suivre le temps qui passe, à la différence des dessins animés typiques de Disney ou d’Alice au pays des merveilles. Le jeune garçon lui fait promettre de libérer la fillette et ses parents s’il lui ramène Bô. C’est le point de départ des aventures de Chihiro. Il y a aussi ce moment où Linn peine à lui trouver un uniforme tant tous sont trop grands pour elle ; celui où Sen manque de s’écrouler, épuisée par une dure soirée ; ou ce réveil, le premier matin, où l’héroïne frémit en silence sous ses draps, réalisant une fois de plus que non, tout cela n’est pas un rêve. Mieux, tout cela semble être à l’échelle de Chihiro/Sen qui, plus que l’univers dans lequel elle pénètre et les êtres étonnants qu’elle y rencontre, est le vrai sujet du film. Le studio Ghibli est connu pour réaliser des films d’une beauté inégalable. Après avoir descendu plusieurs escaliers vertigineux, Chihiro se retrouve dans la salle des chaudières où travaille Kamaji, un vieil homme à six bras extensibles, accompagné de noiraudes qui transportent le charbon. Au Japon, parmi les jeunes réalisateurs du studio Ghibli, Hiromasa Yonebayashi, qui a déjà travaillé avec Miyazaki, explore dans Souvenirs de Marnie (2014) certains thèmes communs au Voyage de Chihiro, notamment la découverte d’un monde merveilleux[121] et le récit initiatique de jeunes filles[122]. Pour cela, il marche sur les pas de Lewis Carroll et donne sa pleine mesure à son imaginaire poétique : les décors se chargent d’émotion, l’animation de fluidité ou de dynamisme, et le monde fantasmagorique de questionnement existentiel. À l'image de la nature et du shinto, tout est affaire de « pollution » et de « purification » personnelle, souvent associée à l'eau chez le réalisateur[78],[105]. On en a le cœur brisé, mais il ne restera certainement à l’héroïne d’Arubaya que le souvenir, que quelques traces qu’elle trouvera autour d’elle et qui la ramèneront à ce qui fut autant une épreuve qu’un enchantement. 1) Situation initiale: Cet univers qui se matérialise lorsque la nuit tombe pourrait bien être le fruit de son imaginaire enfantin. Ainsi dans l'établissement thermal, les valeurs positives du travail collectif et de l'esprit de groupe côtoient divinités shintos et phénomènes légendaires divers. Le Voyage De Chihiro Tome 01 Ditions Glnat. Il illustre à plusieurs reprises la vacuité des personnes sans attache (tel le Sans-Visage) et, en opposition, les bienfaits de la connexion au passé et au furusato. Il l’emmène ensuite traverser le pont qui mène au palais, tentant de la cacher des esprits et du personnel. Chihiro (千尋?) Un grand bateau lumineux aborde et débarque des centaines de kami et yōkai tandis que Chihiro s’aperçoit qu’elle devient transparente. La plupart des acteurs prêtant leur voix sont issus du monde de la télévision et du cinéma, comme Rumi Hiiragi pour Chihiro (elle a 13 ans en 1999), Bunta Sugawara pour Kamaji et Mari Natsuki pour Yubaba et Zeniba[22]. Prise de cours, la fillette découvre presque en courant l’univers dans lequel elle a pénétré : l’établissement de bains qui en est le cœur semble accueillir des dieux qui viennent se reposer. Une fois le contrat signé, Yubaba vole les trois kanjis de son nom et la renomme Sen (千?) Listen to Le voyage de Chihiro in full in the Spotify app. Il visite souvent ce musée pour y trouver l'inspiration lorsqu'il travaille sur le film. Cette période, marquée par une influence accrue de l'Europe sur divers aspects de la culture japonaise, notamment l'architecture et les arts, montre que pour Miyazaki, l'identité culturelle du pays est diverse et dynamique, ainsi que collective plutôt qu'individuelle ; le réel danger est la « perte du sens de l'histoire et de l'identité » face au postmodernisme et au consumérisme selon l'analyse de Yoshioka[87]. Analyse rédigée dans le cadre de notre Semaine Ghibli. Elle dénote également l’attachement du réalisateur à la prise en compte des aspects sombres de l’humanité, loin des produits trop édulcorés d’un certain cinéma d’animation « mainstream ». Cette séquence silencieuse, simplement accompagnée par une douce partition de Joe Hisaishi, marque aux yeux de Miyazaki la fin du film, sans qu’il puisse l’expliquer précisément et bien que le métrage se poursuive encore sur plus de vingt minutes après elle. La Prsence Du Merveilleux Le Voyage De Chihiro. L’EXPLICATION. C’est un rêve » qu’elle remarque que son corps devient progressivement translucide et qu’elle aperçoit, descendant d’un bateau, des êtres quant à eux totalement transparents, dont seuls les vêtements indiquent la présence. L'univers très personnel de Porco Rosso se démarquait de l'univers réaliste de Souvenirs goutte à goutte. Eventful Movies is your source for up-to-date Le voyage de Chihiro movie and cast photos. Embarquement pour Le voyage de Chihiro : Approchez, traversons le tunnel et explorons son univers. Haku la console et lui rend ses anciens vêtements ainsi que la carte d’adieu écrite par les camarades de son ancienne école. – avec l’intention de travailler avec moins de stress et de surmenage qu’auparavant. Online shopping for Voyage de Chihiro (Le) from a great selection at Livres Store. Ainsi les boules de suie vivantes qui aident Kamaji dans son travail évoquent-elles immédiatement les noiraudes de Mon Voisin Totoro mais se révèlent davantage humanisées et donc davantage sujettes au gag. La présentant comme sa petite-fille, il la confie à une jeune femme qui lui apporte à manger pour qu’elle la présente à Yubaba. Miyazaki tient tout particulièrement au mérite de l'apprentissage et du travail envisagé collectivement, qui permettent par exemple de purifier le dieu de la rivière de la pollution accumulée ou de stopper la folie du Sans-Visage[8],[79]. Le film est plébiscité par la critique dans le monde entier. By using it, you accept the use of cookies. Il s'agit là d'une différence avec Kiki, Nausicaä ou San (trois héroïnes de Miyazaki) qui sont elles déjà adolescentes et connaissent une période de transition différente[116]. 21 déc. Selon Masashi Andō, cette méthode de travail est exigeante pour les animateurs, car certaines scènes doivent être régulièrement modifiées ou remplacées[18]. Mais c’est naturellement pour mieux servir de pivot entre le spectateur et un univers fantastique, enchanteur et menaçant, traversé par une foisonnante population de bêtes majestueuses, mélanges de mythologie shintoïste et de pure imagination débridée. Pour Miyazaki, les principes mêmes du matérialisme et du consumérisme mènent à une société à l'image du vieux parc à thème, c'est-à-dire l'abandon, le délabrement. Chihiro devient Sen et perd ainsi son identité et ce qui la rattache au monde des vivants et à ses parents[23]. Posté le 30-03-2003 à 11:39:26 . Acclamé par la critique internationale, le film est considéré comme l'un des meilleurs des années 2000. Deux épisodes illustrent sa « régénération culturelle » qui lui permet de s'approprier de bonnes valeurs et de gagner confiance en soi : la purification du dieu de la rivière polluée et l'affrontement grotesque du Sans-Visage menaçant de dévorer tous les employés des bains. On continue donc les publications sur CF (surtout grâce au très prolifique @GuillaumeGas, avouons-le). courte-focale.fr/cat…, Dernière salve d'articles consacrés au #AnnecyOnline : les films qu'il ne faudra pas manquer en salles ► courte-focale.fr/fes…, La version online du #AnnecyFestival a été beaucoup suivie, ça méritait donc d'y revenir à froid pour mieux mettre en relief les atouts et failles de l’événement. Depuis le début, les films de Isao Takahata et Hayao Miyazaki semblaient souvent se répondre. La petite Chihiro accompagne ses parents dans une promenade sylvestre qui doit les conduire vers leur nouvelle maison en banlieue. Une dégringolade dans un escalier vertigineux, la rencontre de Kamaji, un vieillard pourvu de six bras (!) Le titre même du film révèle cet ancrage dans le shinto : kamikakushi, littéralement « caché par les esprits », signifie la disparition temporaire d'un humain, le plus souvent d'un enfant, qui aurait été enlevé pour une quelconque raison par les divinités[78] ; de nombreux contes et légendes populaires sont basés sur ce concept[24],[104]. Les derniers jours écoulés sont bien réels. Et tandis que ses parents se goinfrent (l’animation japonaise est sans égale lorsqu’il s’agit de représenter des personnages goulus qui ingurgitent des aliments de taille extraordinaire), la gamine s’inquiète : « C’est bizarre », « On va se faire gronder ». 99. Tu peux télécharger le jeu One Punch Man gratuitement avec ce lien : Code : 02HERO (PS : Même Chihiro a fini par le coller) REJOIGNEZ LA SOUILLE : INSTA Design Le voyage de Chihiro pics for ecards, add Le voyage de Chihiro art to profiles and wall posts, customize photos for scrapbooking and more. Le Voyage de Chihiro reste le plus grand succès mondial pour un film non-américain et non-anglophone jusqu'en 2012, avant d'être dépassé par Intouchables[44]. À l’aube, Haku arrive sous sa forme de dragon, et ils repartent en volant sur son dos, sauf le Sans-Visage qui décide de rester chez Zeniba comme assistant. Haku is what Mr. Miyazaki often refer to as a 'transparent' character. ANNEE DE SORTIE : 10 avril 2002 Autre danger qui guette, la pollution qui menace là encore de corrompre le Japon traditionnel[73]. Comme ce courant d’air qui paraît les aspirer dans le long tunnel, ce bruit étrange que fait la chapelle (« Maman ! Il a donc dû réécrire une partie de l'histoire et réduire les scènes frappantes, visant plutôt la simplicité[6],[16]. Si fait, il répond successivement à une situation initiale, un élément déclencheur, des péripéties, un élément de résolution et une situation finale. Read honest and unbiased product reviews from our users. Le sommet du film, non seulement sur le plan purement plastique mais également quant au cheminement intérieur du personnage, c’est assurément le voyage en train vers la maison de Zeniba. Les quelques scènes qui viennent après sont de fait moins détaillées ou justifiées[99]. Les trois histoires tournent autour d'un onsen, établissement thermal traditionnel japonais. Ainsi, tous les dessins ont été d'abord peints à la main, avant d'être scannés, digitalisés et retravaillés numériquement. Spirited Away (Japanese: 千と千尋の神隠し, Hepburn: Sen to Chihiro no Kamikakushi, 'Sen and Chihiro’s Spiriting Away') is a 2001 Japanese animated fantasy film written and directed by Hayao Miyazaki, animated by Studio Ghibli for Tokuma Shoten, Nippon Television Network, Dentsu, Buena Vista Home Entertainment, Tohokushinsha Film, and Mitsubishi. Le Voyage de Chihiro, dont la production débute fin 1999 et dure un an et demi, est ainsi le premier film Ghibli à ne pas avoir été intégralement réalisé au Japon, l’élaboration d’une partie des scènes ayant été confiée à un studio coréen. Listen to Le voyage de Chihiro now. Dans la modestie de ce final, Le Voyage de Chihiro a plus que jamais ce que Jean-Philippe Tessé appelle « l’assurance tranquille des grandes œuvres impérissables ». Ver Le Voyage De Chihiro 2001 Online MEGADEDE. Le Sans-Visage notamment ne joue aucun rôle dans le scénario original, mais son apparition sur un dessin inspire Miyazaki pour la création de ce personnage sans identité[16],[17]. View credits, reviews, tracks and shop for the 2002 Digipak CD release of Le Voyage De Chihiro (Bande Originale) on Discogs. Un simple rejet de tout cadeau qu’elle lui oppose (et la fameuse boulette magique qu’elle lui offre, décidant par là même de sacrifier – du moins provisoirement – ses parents) suffit à plonger le sans-visage dans une profonde mélancolie. Le Voyage de Chihiro (千と千尋の神隠し, Sen to Chihiro no kamikakushi) est un film d'animation japonais écrit et réalisé par Hayao Miyazaki, sorti en 2001. Si vous êtes fan de lecture depuis des années, découvrez sans plus tarder toutes nos offres et nos bonnes affaires exceptionnelles pour l'acquisition d'un produit Voyage De Chihiro (Le) - Tome 5. En se souvenant de son véritable nom, Haku est désormais libre, et reprend sa forme humaine ; ils volent tous deux main dans la main jusqu’au pont du palais où Yubaba les attend. Le voyage de chihiro - explications ? A la tombée de la nuit, ses parents sont transformés en cochons, et le soi-disant parc d’attractions désaffecté s’avère être une station thermale où viennent se soigner d’étranges individus…. La présence du folklore et du shinto participe donc au message de Miyazaki qui est de renouer avec les traditions du Japon ainsi que de continuer à les faire vivre et évoluer[24]. Dans Le Voyage de Chihiro, le monde des esprits, où le temps et l'espace ne sont pas clairement définis, reste volontairement flou et non structuré. Analyse rédigée dans le cadre de notre Semaine Ghibli. Car c'est bien par le labeur collectif que Chihiro grandit et gagne en indépendance[73]. 2016 - Cette épingle a été découverte par Valérie. Fréquenter les salles obscures seul et de manière pluri-hebdo dès ses 10 ans, ça laisse autant le temps d'être curieux de mille choses que de voir se dégager des préférences... Carbure à l'émotion avant tout et n'aime rien plus qu'un film à la fois exigeant et potentiellement populaire (Chaplin, Leone, Kubrick, Wilder, Kurosawa, Eastwood, etc.). Le Monde évoque une « traversée du miroir onirique et romantique » où « l'animation devient un art du dévoilement » ; Les Inrockuptibles « un poème en prose, une épopée foisonnante, un conte philosophique, une œuvre beaucoup plus ambitieuse qu'un simple roman d'apprentissage destiné à la jeunesse » ; pour Libération, il « culmine dans une séquence de trajet en train, d'une simplicité apparente » mais « à tomber à la renverse » ; Positif estime que « Miyazaki présente un conte de fées pour tous âges, une moralité, une fantasmagorie pour l'œil, pour l'ouïe, pour l'intelligence » ; pour Première, « l'expérience a de quoi combler toutes les catégories d'âge, de culture et de sensibilité » ; Télérama évoque « une Alice aux pays des fantômes où se mêlent avec brio fantaisie, jeu de piste et audaces visuelles » ; et pour Le Nouvel Observateur, « le film a la qualité surréaliste d'un songe »[53]. Il remporte plusieurs récompenses, dont l'Oscar du meilleur film d'animation et l'Ours d'or du meilleur film de 2002. courte-focale.fr/cin…, [Making-of] Retour sur la production houleuse de La Lettre écarlate, un véritable parcours du combattant pour Wim Wenders qui qualifie lui-même le film de douloureuse impasse. Le vieux Kamaji, qui ressemble à une araignée symbolisant le travail collectif et l'habileté, rappelle les légendes de tsuchigumo, des yōkai (monstres) arachnéens. ; elle appelle Haku, qui s’avère être son apprenti, et lui demande de la superviser. Le mélange d'éléments architecturaux européens (victoriens) et japonais dans les bains concourt à cette ambiguïté. Les rites shinto, notamment ruraux, ont fortement inspiré le réalisateur : dans cette religion animiste et polythéiste, chaque élément du monde est habité par un kami, une force ni bonne ni mauvaise qui existe, normalement imperceptible, dans le monde des vivants[78]. Le papier que @nobodysmith75 a consacré aux WIP montre un ensemble hétérogène ► courte-focale.fr/fes…, Courte-Focale.fr : Analyse de Mononoke-Hime, de Hayao Miyazaki (Japon - 1997). Mais, avec Le voyage de Chihiro, cette pratique n'a jamais été aussi frappante. La structure narrative du film appelle à la comparaison avec Alice au pays des merveilles et Le Magicien d'Oz : dans ces deux romans adaptés au grand écran, une jeune fille voyage en rêve dans un monde carnavalesque et merveilleux[115]. Fidèle à l'habitude de travail de Miyazaki, le scénario du film n'est pas définitif au commencement de la production, le réalisateur faisant évoluer son récit en fonction de ses inspirations et des premiers dessins. Dans les années 1970, il renoue personnellement, en partie grâce à la plume de Sasuke Nakao, avec l'histoire ancienne du peuple japonais, dont la culture était étroitement liée au culte de la nature qu'il chérit lui-même[86]. Le thème principal du film, Cet été-là, repris plusieurs fois, allie piano et orchestre ; les différents moments qui le composent évoquent tour à tour l'aventure, la solitude ou la nostalgie[38]. Le film appartient aux genres du conte de fées et du fantastique, avec quelques touches de fantaisie et même d'horreur[24],[30]. Cependant, la conclusion du Voyage de Chihiro répond à celle de Mon voisin Totoro : le rêve d'un « voisinage avec un imaginaire ancré dans les croyances animistes du shinto »[8]. Dans le reste de la francophonie, La Libre Belgique estime que le film a « multiples degrés de lecture » est une « œuvre formellement époustouflante et d'une exceptionnelle densité »[58]. Alors que le dragon remonte tant bien que mal vers le haut du palais, Sen court chercher de l’aide, et tombe sur le Sans-Visage entouré et acclamé par tous les employés ; il tente de lui donner de l’or, mais elle le repousse poliment, lui disant qu’elle est pressée. Reprise du message précédent : gilou a écrit : De plus, le capitalisme et le matérialisme ont déjà pénétré l'établissement, qui rappelle par certains aspects plus l'usine que l’onsen local : Yubaba règne en maître sur ses employés qui doivent travailler dur pour vivre, représentant les classes ouvrières exploitées à l'image du vieux Kamaji qui se définit comme un « esclave »[74],[82]. Après ce court instant où l’on prend conscience en même temps que l’héroïne de la richesse de ce que l’on vient de voir – ou plutôt de vivre, Chihiro monte dans la voiture qui continue le trajet vers la nouvelle maison, le plus simplement du monde. Plus tard, lorsqu’elle tentera de s’enfuir, elle trouvera la plaine qu’elle venait de traverser quelques heures plus tôt envahie par l’eau et croisera des créatures fantomatiques. Nick Park du studio Aardman Animations confie que le film lui rappelle l’importance de puiser dans l’imaginaire enfantin[120]. Une fois de retour à leur voiture, ils s’aperçoivent qu’elle est couverte de végétation et de poussière ; Chihiro se demande si ce qu’elle a vécu était bien réel, mais dans ses cheveux, le porte-bonheur de Zeniba jette un éclat. Gaël, « Le Voyage de Chihiro (analyse) », sur Kanpai !, 31 octobre 2012 (consulté le 28 août 2014). Comme dans ses précédents films, le réalisateur est moins intéressé par la théologie que par la place de la religion dans la vie quotidienne, notamment le lien spirituel entre l'humain et la nature[108]. ), dix ans, boude à l’arrière de la voiture de ses parents[1] ; ces derniers ont décidé de déménager à la campagne, et la petite fille regrette son ancienne école. Tout se mélange et se percute. " En se réveillant, elle s’aperçoit que tous les employés sont déjà levés : tout le monde est occupé à préparer et à convoyer des mets au Sans-Visage, devenu monstrueusement gros, et qui réclame de plus en plus de nourriture, jetant des pépites tout autour de lui depuis son bain. Si effacée que soit Chihiro, son refus de consommer la nourriture des esprits comme ses parents est un premier signe de vertu chez la petite fille, ce qui lui permet également de faire face à la terrible Yubaba pour obtenir un travail. L’auteur y développe de nombreux aspects et thèmes qui lui tiennent à cœur. La critique du monde moderne est introduite dès le début par une analogie qui perdure tout au long du film : l'association du vieux parc à thème délabré au Japon contemporain, en opposition au monde des esprits représentant le Japon traditionnel, mais déjà partiellement envahi par les dérives du capitalisme. Depuis plusieurs années, Miyazaki souhaite adapter un livre pour enfants intitulé Kirino Mukouno Fushigina Machi de Sachiko Kashiwaba[8]. Le spectateur se trouve ainsi placé dans la même incertitude que le personnage principal[10],[24]. A la témérité insouciante des adultes s’oppose le mauvais pressentiment de l’enfant, à leur tendance à tout rationaliser (le père voit en ces lieux qu’ils découvrent au bout du tunnel les vestiges d’un de ces parcs d’attractions qui ont dû fermer suite à la crise financière des années 1990) l’intuition de Chihiro (ou simplement un vrai bon sens : les parents ne voient-ils pas que la colline sur laquelle ils se trouvent est désormais déserte alors qu’ils y avaient aperçu leur maison quelques minutes plus tôt ?). Ici, Chihiro est confrontée au même dilemme et ne se retourne pas. "Le Voyage de Chihiro" est bien évidemment un voyage initiatique qui la révèlera à elle-même, devenant une petite fille résolue et pleine de vie. Le genre de chef-d’œuvre dont on sort avec le cœur en lambeaux… courte-focale.fr/cin…, Vous avez manqué #Annecy2020 ? On pourrait croire, dans un premier temps, à la possibilité d’un songe du personnage. D’abord parce qu’avant même que tout ne dégénère, Chihiro semble pourvue d’une clairvoyance quasi surnaturelle : les éléments qui indiquent la proximité d’un univers fantastique n’attirent que son attention à elle, et pas celle de ses parents. Mon voisin Totoro et Princesse Mononoké s'inspirent du shinto et mettent en scène le lien entre communautés humaines et nature. Utilisant la voix de la grenouille, l’esprit demande ensuite de la nourriture, faisant apparaître de plus en plus de pépites. Surprise, elle y lit son ancien prénom qu’elle avait déjà oublié. Le Voyage de Chihiro. I wanted him to be mysterious. Agacée par leur comportement, Chihiro part explorer le village abandonné et se retrouve à l’entrée d’un pont menant à un palais des bains. La bêtise des parents de Chihiro, qui pensent qu'une carte de crédit fait tout, et la figure du Sans-Visage s'inscrivent également dans cette critique. Le Sans-Visage demeure le seul personnage du monde des esprits non inspiré de la tradition[106] ; il porte toutefois un masque de nô qui symbolise dans cette forme de théâtre traditionnel la dissimulation de soi et la confusion des identités[24]. La fillette utilise les autres plaquettes pour remplir à nouveau le bain que l’hôte a fait déborder, mais tombe dedans. Lin accepte de mauvaise grâce de la prendre sous son aile, mais s’avère rapidement amicale envers la fillette, l’amenant au dortoir et lui fournissant ses nouveaux vêtements de travail. Face à Yubâba pour la première fois, elle n’a rien de la gamine gâtée, pleurarde et empotée que son employeuse dénigre. Vient alors au réalisateur l’envie de parler de et à ces enfants du Japon actuel, à ces petites filles blasées malgré les efforts déployés par leurs parents, sur-sollicitées par une société contemporaine de la satisfaction immédiate, des récits formatés et de la réflexion prémâchée, de la vitesse souveraine et de la perte des cultures ancestrales.